Ça y est : le sixième tome des petits traités sur l’innovation de Miguel Aubouy est en vente !

Chers liseurs (euses) et amis (ies) des éditions Nullius in Verba,

Nous sommes très fiers de vous annoncer que le 6ème tome des petits traités de Miguel Aubouy est désormais en vente ici. Il est titré : « De quoi la créativité est-elle le nom ? ». Il est sous-titré « Fabriquer l’aurore, voler le feu ». Voici la présentation que nous avons écrite pour cet ouvrage :

Certains mystères sont évidents et d’autres se drapent. Ils demandent qu’on les regarde longtemps pour dévoiler ce qu’ils sont : des énigmes cachées derrière l’apparence des mots. La créativité est de ceux-là. C’est pourquoi, sans doute, il a fallu attendre six tomes pour que Miguel Aubouy consacre un livre entier à ce sujet. Ceux qui connaissent son travail, fait de poésie et d’intelligence, ne seront pas déçus.

Dans nos sociétés, la créativité est définie comme la faculté de produire des choses (ou parfois seulement des idées) originales. Cette définition pose au moins deux problèmes insolubles, nous explique-t-il. D’abord un problème pratique. Comme nous ne savons pas quantifier l’originalité, nous ne savons pas évaluer la créativité. Et puis un problème philosophique. Avec une telle définition, on serait obligé de conclure que la créativité est une faculté occidentale. Pourquoi ? Parce que personne ne peut échapper à ce constat : la production d’original dans le monde est disparate.

Pour sortir de cette impasse, Miguel Aubouy propose une nouvelle définition de la créativité, en termes de temps plutôt que d’originalité. Ce livre est donc d’abord un traité sur la créativité : ce qu’elle est, ce qu’elle produit, la manière dont elle s’incarne dans le monde. Mais cet ouvrage est bien plus que cela, car les conséquences de cette réflexion sont immenses. Elle nous permet de comprendre à la fois la montée du conservatisme extrême partout dans le monde et le désastre écologique en cours. Les deux catastrophes sont liées, montre-t-il. Elles sont la conséquence d’un excès d’innovation.

Comme toujours, Miguel Aubouy réfléchit à partir d’histoires. Certaines sont récentes et elles semblent des tragédies antiques. Ainsi l’invention de la bombe atomique par les français Jean Frédéric Joliot, Hans von Halban, Francis Perrin et Lew Kowarski. D’autres ont des milliers d’années, et nous découvrons leur fabuleuse jeunesse. Ainsi l’Odyssée et les Mille et une nuits. Ces deux récits mettent en scène deux femmes extraordinaires, respectivement : Pénélope et Shéhérazade. Toutes les deux font preuve d’une créativité invisible, explique-t-il, mais une seule saurait nous guider pour sauver le monde. Il y a urgence à le lire.

Z6.1_Couverture_Face_M

 

Nous vous souhaitons une magnifique lecture ! Les éditions Nullius in Verba.

 

image de couverture : Frida Bredesen pour Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s